Annik Saunier

Annik Saunier - Parcours professionnel

Genève, été 2001 Photo (c) Padrino

Annik Saunier débute l'étude de la danse et du mouvement à l'âge de 3 ans dans son petit village natal de Grandval, près de Moutier (Jura suisse).

Dès lors, elle ne quittera plus cette passion qui la fera approcher différentes techniques et méthodes liées au corps en mouvement, allant de la danse classique à la rythmique Jacques-Dalcroze, en passant par le rock n' roll, le jazz, la méthode Danis Bois, la méthode Grinberg, la danse contemporaine, la technique Alexander, le BMC (Body Mind Centering), le Contact Improvisation (C.I.), le tai chi, la danse africaine, la méthode Feldenkreis, le chant, le mouvement conscient, le Gi Gong, la danse moderne, le théâtre et le théâtre physique.

Entre le Jura, Bienne, Genève, New York, Berne et Lausanne, Annik Saunier suivra des cours et différentes formations avec des professeur-e-s de renom tel-le-s Noemi Lapzeson, Steve Paxton, Julyen Hamilton, Ka Rustler, Vreni et Leigh Foster, Daniel Lepkoff, Urs Stauffer, Elisabeth Kleiber, Philippe Saire, David Zambrano, Peter Heubi, Philippe Dahlmann, Chris Lechner, Foofwa d'Imobilité, Claire Filmon, Adam Benjamin et d'autres.

Après douze mois passés à New York entre 1984 et 1985 où elle étudie la danse classique, le jazz et différentes autres techniques modernes telles Horton, Graham et Nikolaïs, Annik Saunier s'installera à Genève pour une durée de 5 ans durant lesquelles elle sera formée à l'enseignement de la danse aux enfants à l'Espace Danse Peter Heubi (là même où elle commencera à animer des cours d'initiation aux tout-petits en 1988) et suivra des cours réguliers de danse contemporaine avec la chorégraphe et pédagogue Noemi Lapzeson à La Maison des Arts du Grütli.

Entre 1990 et 1997, de retour dans le Jura, Annik Saunier aura l'occasion d'ouvrir sa propre école à Moutier où elle proposera des classes pour les enfants et les adultes en danse moderne, improvisation, jazz et mouvements d'assouplissement du corps. Durant cette période, elle créera plusieurs spectacles d'élèves qui seront présentés à chaque fin d'année scolaire. Elle signera aussi à ce moment-là la chorégraphie du spectacle “Kronos” marquant les 125 ans de l’Ecole Secondaire de Moutier.

Durant cette période passée à Moutier, Annik Saunier fera partie d'une Commission pour la danse liée au Centre Culturel Prévôtois ainsi que de la Commission culturelle du Prix de la Ville. Elle sera chroniqueuse pour l'hebdomadaire la Semaine Jurassienne à Delémont dans les rubriques “Pointes et Entrechats”, ainsi que “Personnalité de la Semaine”. Elle participera aussi, en tant qu’animatrice, à des ateliers de mouvement liés aux semaines des camps musique d’été organisées pour les enfants par l’AJAC à Sornetan.

En 1991, Annik Saunier découvrira à Berne le Contact Improvisation qu'elle étudiera tout d'abord avec Ka Rustler et puis avec Urs Stauffer, Daniel Lepkoff, Steve Paxton et d'autres.

En 2000, de retour à Genève, Annik Saunier sera assistante de Noemi Lapzeson dans des classes destinées aux étudiant-e-s de l’Institut Emile Jacques-Dalcroze et animera des classes de Contact Improvisation à l'Université de Genève, dans le cadre des activités culturelles.

A la fin de l’année 2001, touchée par les émotions libérées à travers l’exploration du Contact Improvisation, cette technique basée sur le respect de soi et des autres, le respect du corps, la non-violence et d'autres concepts humanistes et thérapeutiques liés aux mouvements des années 1970 aux Etats-Unis, Annik Saunier décide de se former dans une méthode de thérapie psychocorporelle créée par la canadienne Marie Lise Labonté et nommée MLC(c), Méthode de Libération des Cuirasses. Grâce à cet enseignement qui l'amènera à découvrir et explorer de nouveaux concepts thérapeutiques liés aux relations entre le corps et la psyché, le monde de l'inconscient selon un travail d'orientation jungienne proposé par un des professeurs de cette formation, le thérapeute canadien Nicolas Bornemisza, ainsi que la richesse d'un profond travail sur soi-même, Annik Saunier se sentira plus à l'aise pour accompagner ses élèves dans un élan de développement personnel lié à l'étude de la danse et du corps en mouvement. Elle obtiendra en 2004 un diplôme de praticienne en MLC(c) et sera assistante de Marie Lise Labonté dans une formation de MLC(c) en Suisse entre 2013 et 2015.

Entre 2002 et 2004 elle sera aussi remplaçante du comédien, danseur et metteur en scène Armand Deladoë dans des classes de mouvement à l’Ecole de Théâtre des Teintureries, ainsi qu’aux conservatoires de Genève et de Lausanne destinées aux comédien-ne-s et aux chanteuses et chanteurs lyriques en études. Elle remplacera aussi à cette période le danseur, comédien et metteur en scène franco-algérien Alain Louafi dans des cours du conservatoire de Martigny en Valais.

En 2017, Annik Saunier est membre de l'AVDC, Association Vaudoise pour la Danse Contemporaine à Lausanne, de l'ADC, Association pour la Danse Contemporaine à Genève, des RP, Rencontres Professionnelles de Danse à Genève et des ADEM, Ateliers d'Ethno-Musicologie à Genève.

Et aussi :

Après deux ans d’études à l’Ecole Supérieure de Commerce de Delémont (1980-1982) et deux ans d’apprentissage à Pro Jura, Office Jurassien du Tourisme à Moutier (1982-1984), Annik Saunier obtient un Certificat Fédéral de Capacité en Commerce avec la mention spéciale «Meilleure apprentie de l’année» ainsi qu’un prix décerné par la Ville de Tramelan dans le Jura bernois. Elle a également été secrétaire du Département de Philosophie à l'Université de Genève de 1985 à 1989 (et à nouveau en 1998 en tant que remplaçante durant quelques mois). Elle suivra durant cette période en tant qu’auditrice libre à l’Université, des cours réguliers en philosophie japonaise menés par le Professeur Robert Heinemann.

Annik Saunier a aussi travaillé en tant qu’aide-libraire à la Librairie Delphica à Genève en 1998 et 1999 et a fait partie, entre 2012 et 2016 de la Commission danse du Service culturel de la République et Canton de Genève. A la destitution de cette Commission en 2016, le Service culturel de la Ville de Genève lui a proposé de faire partie de la nouvelle Commission danse dont elle est membre depuis le mois de mars 2017.

 Photo (c) : Padrino, Genève, 2001 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123website.ch
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

03.12 | 11:43
Liens a reçu 59
03.12 | 11:42
1985 à 1989 a reçu 49
03.12 | 11:42
1990 à 1997 a reçu 50
03.12 | 11:42
1997 à 2004 a reçu 52
Vous aimez cette page